Laurent DENIZEAU

Docteur en sociologie et anthropologie de l'Université Lumière Lyon II

Enseignant chercheur, maître de conférences à l'Université catholique de Lyon

ldenizeau@univ-catholyon.fr

Enseignements

Service gratuit et accessible à tous

Créer un site Internet

Fonctions Exercées

Formateur (Auto-entrepreneur depuis le 01/06/2015, N°Siret 811 269 786 000 18)

 

Maître de conférence, Université catholique de Lyon (depuis 2010).

 

Enseignant contractuel, IUT de Montreuil, Université Paris 8 (Année 2008-2009).

 

Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche à mi-temps, Faculté de Sociologie et d'Anthropologie, Université Lumière Lyon II (Années : 2006-2007 / 2007-2008).

 

Chargé de cours, Faculté de Sociologie et d'Anthropologie, Université Lumière Lyon II (Années : 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006).

Enseignements Dispensés

Les dates sont précisées uniquement pour les enseignements qui ne sont pas dispensés chaque année.


Université Catholique de Lyon (depuis 2010) 


"Santé et Maladie", Cours magistral en 3ème année de Licence Sciences de la Vie et Humanités (UCLy-Lyon 3) (2016-2017), 50 h.

Ce cours appréhende la diversité des approches du corps, de la santé, de la maladie. Différentes notions permettant de penser l'expérience de la douleur et de la souffrance sont abordées sous un angle anthropologique. Ce questionnement se prolonge dans une réflexion éthique.

 

"Penser le corps souffrant" : Travaux Dirigés et Cours Magistral en Licence de Psychologie (semestres 3 et 5). 98 heures (de 2010 à 2016)

Cet enseignement, réparti en CM et en TD, aborde les problématiques anthropologiques et éthiques autour du corps souffrant. Il vise à appréhender la douleur en partant de la relation que l’homme entretient avec elle, donc en la situant dans une trame sociale et culturelle. La douleur n’est pas seulement un flux sensoriel, mais aussi une perception qui soulève la question du rapport au monde de l’homme en souffrance. Elle peut donc s’évaluer en termes de représentations et de valeurs. Le CM traite ces questions en laissant une large place aux intervenants extérieurs, aussi bien chercheurs en sciences humaines qu’acteurs dans la prise en charge de la douleur. Le TD développe un versant méthodologique dans le traitement anthropologique de données (observations, entretiens) récoltées dans le cadre des recherches du Centre Interdisciplinaire d’Ethique. 

 

 "Approche anthropologique et éthique des pratiques de santé" : Cours Magistral (avec Frédérique Mesmin d’Estienne, Laure Mayoud) pour la préparation aux concours infirmiers (semestre 1). 6 heures (depuis 2010)

Cet enseignement propose une approche anthropologique et éthique du domaine de la santé. Il souhaite inviter les étudiants à développer une réflexion sur les questions susceptibles d’être soulevées dans leurs futures occupations professionnelles. Le versant anthropologique de ce cours appréhendera le corps dans sa dimension symbolique, comme objet de représentations, susceptible d’éclairer les pratiques médicales. Ainsi, la maladie et la douleur seront situées dans une trame sociale et culturelle. Le versant éthique proposera des outils de réflexions et des repères en vue d’un jugement et d’un positionnement personnel face à certaines situations dont les enjeux éthiques nourrissent l’actualité médicale.  

 

 "Unité de l’homme et diversité des cultures" : Cours Magistral donné dans le cadre de la Formation Humaine. 22 heures (de 2010 à 2016)

Cet enseignement a pour objectif d’amener les étudiants à réfléchir sur la construction de leur identité, inséparable de l’altérité. Pour se faire, le cours s’appuie sur la démarche anthropologique et sa vocation d’appréhender l’unité de l’homme à la lumière de la diversité des cultures. A travers cette pensée de type scientifique de l’homme sur lui-même, nous interrogerons nos rapports à l’autre et les concepts qui nous permettent de les penser ou de les nier (l’identité, la communauté, la culture, le néo-racisme) dans un contexte d’interculturalité.

  

"Formation à l'interculturalité" : Cours Magistral donné dans le cadre de la Formation Humaine. 22 heures (année 2015-2016)

En contexte de mondialisation, des individus de milieux culturels très variés sont amenés à co-exister, voire à travailler ensemble. La coexistence de ces différences entraîne nécessairement des surprises, comme des incompréhensions. Ce cours revient sur les notions de culture, d'identité culturelle et de stéréotype.

 

"Entre autonomie et vulnérabilité, une éthique de la relation" : Séminaire de master en faculté de théologie (avec Jean-Marie Gueullette) (année 2013-2014). 26 heures.

 L’éthique médicale met principalement aujourd’hui en valeur la notion d’autonomie du patient. Mais cette autonomie peut-elle être érigée en absolu, en particulier dans des situations comme la maladie grave ou l’approche de la mort, dans lesquelles le sujet est particulièrement vulnérable ? Ces situations appellent à développer une éthique de la relation plutôt qu’une éthique des valeurs.

  

"La mort, une approche anthropologique et théologique" : Cours Magistral de master en faculté de théologie (avec Jean-Marie Gueullette) (année 2012-2013, 2014-2015, 2016-2017). 26 heures.

Ce cours explore les pratiques et les imaginaires de la mort aujourd’hui depuis un point de vue anthropologique, mais aussi théologique. Différents sujets sont abordés : les représentations actuelles de la mort : de la mort à la fin de vie, l’approche médicale, la question des soins palliatifs, du suicide, de l’euthanasie, les near death experiences, la ritualité funéraire, la question de la crémation, etc.

  

"Les enjeux éthiques de la liturgie" : Séminaire de master en faculté de théologie (avec Jean-Marie Gueullette) (année 2012-2013). 26 heures. 

A partir d’étude de textes anthropologiques et théologiques fondamentaux sur la liturgie et plus largement sur la ritualité, ce séminaire invite à penser la liturgie et ses enjeux éthiques dans un dialogue entre l’anthropologie et la théologie.

 

 "Le goût de l’authentique" : Séminaire de master en faculté de philosophie (avec Emmanuel d’Hombres). 24 heures (années 2012-2013/2013-2014/2014-2015)

 Tenter une philosophie de l’authentique c’est s’essayer à une philosophie de notre propre regard sur le monde et de notre impérieux besoin d’y trouver des parcelles de véritable, de sincère, de pur, dans un environnement qui nous apparaît comme pollué, corrompu, souillé, en proie à la fausseté, la duplicité, la confusion, voire l’obscénité. Car le fait est qu’aujourd’hui nous recherchons insatiablement l’authenticité dans nos rencontres, dans nos voyages, dans notre spiritualité, dans les produits que nous consommons. Elle nous apparaît comme un fondement sur lequel peut se construire une relation vraie aux autres et au monde. Il va alors s’agir de retrouver des sociétés authentiques, porteuses d’une sagesse ancestrale qui nous indique les voies d’une essentialité de la vie oubliée dans l’agitation de notre modernité ; ou des personnes authentiques, préservées des attraits avilissants de notre époque auxquels succombent leurs contemporains. Nous cherchons l’authenticité autour de nous, mais aussi en nous-mêmes, notre propre authenticité, qui nous dit ce que nous sommes vraiment et nous invite à cette quête actuelle de la réalisation de soi. L’authentique parcourt ainsi notre existence et nos fantasmes contemporains, de notre soif d’expérience spirituelle et de notre intérêt pour les sociétés dites traditionnelles à nos goûts pour les produits du terroir et l’artisanat. C’est autour de ce « goût pour l’authentique », « goût de l’authentique », que s’articulera notre réflexion, en valorisant un regard philosophique et anthropologique à même d’appréhender dans diverses productions actuelles (textes littéraires et philosophiques, mais aussi extraits de documentaires, publicités, discours politiques, catalogues de voyage) l’expression de nos imaginaires contemporains.

 

"Décrire l'existence humaine: de la philosophie à l'anthropologie existentiale": Séminaire de master en faculté de philosophie (avec Emmanuel d'Hombres) (années 2015-2016, 2016-2017)

Ce séminaire propose d'interroger la place de l'existence, en sciences humaines en général et en anthropologie en particulier, souvent délaissée au profit des notions comme celles de relation sociale et de représentation culturelle. Au point que l'existence humaine résonne davantage comme un questionnement philosophique plutôt qu'anthropologique. Ce séminaire souhaite explorer l'apport que peut constituer l'existentialisme philosophique et une anthropologie de la présence pour la fondation d'une anthropologie existentiale. L'anthropologie existentiale ne se circonscrit pas à une anthropologie philosophique, suite à sa perspective de fonder son approche de la question de l'existence sur une démarche empirique. Il s'agit en effet en premier lieu d'observer et de décrire l'existence humaine, la manière proprement humaine d'être au monde. D'un autre côté, l'anthropologie existentiale ne se limite pas non plus à une anthropologie sociale et culturelle promouvant une approche dans laquelle l'homme se trouve absorbé dans des logiques systémiques, où la singularité d'une existence disparaît derrière sa typicalité. L'anthropologie court alors le risque de se confondre avec l'ethnologie ou la sociologie, et de perdre ainsi sa vocation première : penser l'humain.

  

"Regards sur l’expérience monastique et la spiritualité orthodoxe" : Cycle de conférences donné au sein de l’Univa (Université Vie Active) (année 2010-2011). 16 heures.

 Ce cycle de conférences se propose d’aborder l’expérience monastique sous un angle anthropologique, dans l’optique de contribuer à une meilleure connaissance de l’être-ensemble religieux. Pour cela, nous nous transporterons sur les rivages de la « Sainte Montagne » (le Mont Athos en Grèce) où, depuis plus de mille ans, des hommes consacrent leur vie à Dieu. Dans une anthropologie résolument existentielle, nous nous attacherons à comprendre ce que ces hommes vivent dans leurs tâches de tous les jours autant que dans l’intimité de leur foi : leur espérance mais aussi parfois leur lassitude, leurs croyances et quelquefois leurs doutes. A travers le choix insolite d’une fuite du monde, l’expérience monastique a quelque chose à dire de notre monde actuel et de l’espérance qu’il continue malgré tout de porter.

Conférences : L’Eglise orthodoxe et l’occident ; Le Mont Athos : "Haut-lieu de la Grande Tradition de l’Eglise" ; L’Athos hors de l’Athos : le rayonnement de la spiritualité hésychaste aujourd’hui ; Une journée dans la vie d’un moine ; Règles monastiques, règles de vie ; Du silence de soi à la parole de l’ancien : la paternité spirituelle dans l’expérience monastique orthodoxe ; Le croire pour le voir ?; Religion et modernité.

          

 

"Socio-anthropologie du fait religieux" : Cours Magistral donné dans le cadre de la licence de théologie (année 2010-2011, semestre 2). 12 heures.

 Ce cours s’intéresse moins aux religions qu’à leur anthropologie et propose, à travers un aperçu de diverses approches théoriques, une réflexion sur les spécificités du religieux. Qu’est-ce qu’un fait religieux ? En mobilisant différents auteurs, aussi bien sociologues qu’anthropologues, nous considérerons ce qui caractérise l’activité religieuse dans toute sa diversité d’expressions : du sacré, des croyances, des rites, des entités invisibles, mais surtout, pour l’anthropologue, une certaine manière d’interagir. 

 

*Séminaire du CIE, en collaboration avec Jean-Marie Gueullette et Fabien Revol

 

"Quand parle-t-on de guérison ?" (année 2012-2013)

Selon les cultures, les situations, les modalités de la souffrance ou du malheur dont il est question de guérir, le terme de guérison va désigner aussi bien la disparition de symptômes que la fin de la maladie, le retour à ce qui est considéré comme la normale de valeurs biologiques ou de comportements sociaux, ou bien la prise de distance salutaire avec telle ou telle forme de malheur auquel un sujet s’était temporairement trouvé identifié. Retour à la normale, réparation, libération, sortie de l’absurde par élaboration d’un sens, voici quelques composantes du champ sémantique de la guérison, composantes dont l’hétérogénéité conforte l’impossibilité de trouver une définition globale de la guérison. Bien que la guérison semble relever au premier abord de la pensée médicale les médecins parlent rarement de guérison, ils préfèrent parler de « rémission », dire que « tout est rentré dans l’ordre ». Il apparaît qu’il s’agit d’une notion bien plus complexe que la simple disparition des symptômes, relevant d’actes de discours plus que d’actes thérapeutiques. Dans le cadre de ce séminaire, nous proposons d’articuler notre réflexion autour de récits de guérison. Au lieu de tenter de trouver un contenu à la guérison, qui permettrait de la définir, nous explorerons les processus de langage et les contextes de sens dans lesquels se dit la guérison.

 

 "La guérison, de la prouesse technique à l'expérience spirituelle" (année 2011-2012)

De sa définition médicale à ses implications existentielles voire spirituelles, la question de la guérison revêt de multiples dimensions. Cette complexité révèle la stérilité d'une approche centrée uniquement sur la notion de résultat car, si celle-ci n'est pas à exclure, tout un pan de l'existance du sujet échappe néanmoins à l'analyse médicale. La guérison, loin d'être uniquement l'issue heureuse  d'un traitement efficace est aussi affaire de représentations de la santé et de la maladie, du normal et du pathologique, mettant en relief le rôle de l'activité symbolique dans notre expérience du monde. Quand peut-on parler de guérison ? Et en quels termes ? Ce séminaire, en étroite collaboration avec le programme de recherche du CIE valorise une dimension interactive avec les étudiants.

 

 "La douleur, de la biologie à l’éthique" (année 2010-2011)

Ce séminaire interdisciplinaire proposé par le CIE en faculté de philosophie est en étroite relation avec le travail de recherche mené par l’équipe du CIE. La réflexion reposera sur un travail actif de la part des étudiants. Elle cherchera à décrire le champ très complexe de la douleur, depuis la difficulté de sa définition biologique jusqu’aux implications anthropologiques et éthiques qu’elle comporte lorsqu’elle touche l’être humain. Seront ainsi abordées des questions telles que : Peut-on parler de douleur chez l’animal ? La douleur a-t-elle un sens ? Comment l’être humain se représentent-il la douleur ? La suppression de la douleur est-elle un impératif éthique ?

 

 Université Paris 8, IUT de Montreuil (année 2008-2009)

"Ethnologie" : Travaux Dirigés au sein du Diplôme d'université "Méthodes de travail universitaire et dialogues transculturels".

L’enseignement d’ethnologie a pour objectif d’amener les étudiants à réfléchir sur la construction de leur identité, inséparable de l’altérité. Ainsi, les notions théoriques de l’anthropologie sont mobilisées pour penser les situations d’interculturalité auxquelles les étudiants sont confrontés dans leur propre parcours de vie.

 

"Expression et comunication" : Travaux Dirigés au sein du Diplôme d'université "Méthodes de travail universitaire et dialogues transculturels".

L’objectif de cet enseignement est de permettre aux étudiants d’acquérir une maîtrise de l’expression orale et écrite. Les notions fondamentales en communication sont explorées et mobilisées par les étudiants pour mieux comprendre les situations et les processus d’interaction dans leur propre environnement.

 

"Culture générale" : Travaux Dirigés au sein du Diplôme d'université "Méthodes de travail universitaire et dialogues transculturels".

L’enseignement de culture générale a pour vocation d’éveiller la curiosité des étudiants. A ce titre, ce module regroupe des activités d’une grande diversité : visite de musées et d’expositions, participation à des conférences, ateliers de lecture et d’écriture, rencontre  de professionnels.

 

"Expression et communication" : Travaux Dirigés en 1ère et 2ème année de DUT Informatique.

L’objectif de cet enseignement est de permettre aux étudiants d’acquérir une maîtrise de l’expression orale et écrite. Les notions fondamentales en communication sont explorées et mobilisées par les étudiants pour mieux comprendre les situations et les processus d’interaction à l’œuvre dans le monde du travail.

 

Université Lumière Lyon II, Faculté de Sociologie et d'Anthropologie (de 2003 à 2006)


 " Enquête ethnologique" : Travaux Dirigés en 1ère année de Licence d'Anthropologie et d'Ethnologie.

Cet enseignement est une initiation à la méthodologie de terrain et à la conduite d’une enquête  ethnologique. Il vise à tracer les grandes étapes d’une recherche ethnologique : définition d’un objet de recherche, construction d’une problématique, recherche bibliographique, observation, conduite d’entretien, analyse et rédaction. Tout au long de l’année, chaque étudiant réalise individuellement une recherche ethnologique en expérimentant sur le terrain de son choix les outils méthodologiques abordés en cours.

 

"Lectures complémentaires aux Cours Magistraux Théories Anthropologiques" : Travaux Dirigés en 1ère année de Licence d'Anthropologie et d'Ethnologie (1er semestre).

Cet enseignement a pour objectif d’approfondir le contenu théorique des cours magistraux d’histoire de la pensée anthropologique au travers de l’étude de textes clés. Il retrace les grandes étapes de la pensée anthropologique : d’abord sa constitution comme discipline scientifique, ensuite les différents courants théoriques qui ont jalonné son évolution. Il s’agit plus spécifiquement de comprendre comment la pensée anthropologique se construit autour d’une problématique centrale qui est celle de l’unité de l’homme et de la diversité des cultures.

 

"Lectures complémentaires aux Cours Magistraux Dynanique des sociétés et Anthropologie de la culture" : Travaux Dirigés en 1ère année de Licence d'Anthropologie et 'Ethnologie (2ème semestre).

Cet enseignement vise à approfondir le contenu théorique des cours magistraux « Dynamique des sociétés » et « Anthropologie de la culture » au travers de l’étude de textes clés. Il se donne pour objectif d’aborder la pensée anthropologique actuelle à travers deux notions centrales : la dynamique et la culture. Au travers de l’étude de quelques textes fondamentaux, ces cours retracent les débats et les controverses qu’ont suscité ces notions et qui participent de la pensée anthropologique d’aujourd’hui.

 

Autres enseignements et formations

 

"Initiation à l'anthropologie du corps" cours donnés dans le cadre du DU "Solidarité internationale: actions santé humanitaire", Ecole de Biologie-Biochimie-Biotechnologies, Université catholique de Lyon (8h, 2016-2017)

 

"L'épreuve comme confrontation à la limite" intervention dans le cadre de la journée de récollection des aumôniers en hôpitaux, Chambéry, 28 mars 2017

 

"Anthropologie de la santé", intervention dans le DU "Solidarité Internationale: actions santé humanitaire", Ecole Supérieure de Biologie-Biochimie-Biotechnologies, Université catholique de Lyon (8h, 2016-2017)

 

"Anthropologie de la vulnérabilité", intervention dans la formation en soins palliatifs pour les médecins des hospices civils de Lyon, Hôpital Edouard Herriot, 16 février 2017

 

"Approche socio-anthropologique de la vulnérabilité", interventions dans le master "Droit privé, parcours droits de l'enfant et des personnes vulnérables", Institut des Sciences de la Famille, Université catholique de Lyon, (8h, 2016-2017)

 

"Ethique des situations de vulnérabilité" interventions dans le master "Droit privé, parcours droits de l'enfant et des personnes vulnérables", Institut des Sciences de la Famille, Université catholique de Lyon, (6h, 2016-2017)

 

"Douleur et souffrance" formation pour la pastorale de la santé du diocèse de Valence, 12 janvier 2017

 

"Crise de l'institution et figure de l'individu-sujet: quelles conséquences pour le vivre-ensemble?", intervention pour le CMP Saint-Jean-de-Dieu, Lyon, 16 septembre 2016


 "La sociologie du fait religieux en France", formation donnée pour le DU Laïcité et diversité religieuse", Université catholique de Lyon, 4 avril 2016  


"Prendre soin" formation pour la pastorale de la santé du diocèse de Valence, 31 mars 2016.


"La construction de l'identité, le rapport à l'autre et les processus de métissage", formation donnée à la Chaire UNESCO "Mémoire, Cultures et Interculturalité", Université catholique de Lyon, 9 mars 2016.


"De l'identité à l'identitaire: quand de la confusion naît la radicalisation", formation donnée à l'Institut de travail social de la région Auvergne (ITSRA), Aurillac, 22 janvier 2016.


"Corps du malade et corps de la médecine", formation pour la pastorale de la santé du diocèse de Valence, 14 janvier 2016.


"Unité de l'Homme et diversité des cultures", cours (22h) donnés à l'Ecole Supérieure de Chimie, Physique Electronique de Lyon (2015-2016).


"Quête de guérison et quête de sens", avec Jean-Marie Gueullette, Formation pour la pastorale de la santé du diocèse de Valence, 15 octobre 2015.


"La vulnérabilité souffre-t-elle d'un effet de mode?", intervention pour le Centre Médico-Psychologique de Pierre Bénite, 22 juin- 5 octobre 2015.


"Identité et diversité culturelle des élèves", intervention pour l'UE "Anthropologie de l'acte éducatif et repères fondamentaux" du Master Métiers de l'Enseignement, de l'Education et de la Formation, Université catholique de Lyon, 24 avril 2015.


"Représentations de la vie, de la santé, de la maladie", intervention pour le Certificat Universitaire de Pastorale de la Santé, Domaine Saint-Joseph, 20 mars 2015.


"Approche anthropologique sur la construction de l'identité et le rapport à l'autre", Approche culturelle et besoins éducatifs: la question de l'accueil des enfants étrangers et du relationnel avec les familles, Chaire UNESCO "Mémoire, Cultures et Interculturalité", Université catholique de Lyon, 11 mars 2015 


"Questions anthropologiques et théologiques de la fin de vie", Institut de Théologie des Dombes, 24 octobre et 21 novembre 2014.

 

"DU Philosophie de l'ostéopathie" (depuis 2014), modules thématiques: "Anthropologie et philosophie du corps et de la douleur", "Enjeux de la communication", Université catholique de Lyon.

 

"Identité religieuse et laïcité" : intervention dans le cadre du Diplôme d'Université Religion, liberté religieuse et espace public délivré conjointement par l’Université Lyon 3 et l’Université Catholique de Lyon, Grande Mosquée de Lyon, 12 avril 2014, Université catholique de Lyon, 28 mars 2015.

 

"Faut-il y croire pour guérir ?" : intervention pour la formation des Blouses Roses, Lyon, 6 février 2013.

 

"Religion et tradition, détour par le monachisme athonite": interventions en séminaire de Master "Anthropologie du fait religieux", séminaire transversal Université catholique de Lyon, Université Lyon II

 

"Les représentations du corps" : interventions à l’Institut de Professionnalisation en Biotechnologie (Université Catholique de Lyon) .

 

"L’expérience de la maladie : représentations, enjeux éthiques et théologiques" (avec Jean-Marie Gueullette): interventions à l’Institut de théologie des Dombes, 31 mars et 12 mai 2012.

 

 "Représentations de la santé, de la maladie, et diversité culturelle" : interventions en Master de Droit des Activités médicales et psychosociales : Université catholique de Lyon, (3, 4, 5 et 19 novembre 2010).

 

"La relation au malade comme situation anthropologique" : intervention donnée dans le cadre de la formation universitaire des aumôniers catholiques en hôpitaux, Francheville, (22 janvier 2010).

 

"Approche anthropologique de la maladie" : intervention donnée dans le cadre de la formation universitaire des aumôniers catholiques en hôpitaux, Francheville, (10 octobre 2008).

 

"La construction sociale de l'objet" : encadrement d'une journée de formation dans le cadre du master de design, Ecole Nationale d'Ingénieurs de Saint-Etienne, (6 décembre 2005).

 

 

Responsabilités administratives et pédagogiques


Université Catholique de Lyon


Directeur pédagogique du Diplôme d’Université Philosophie de l’ostéopathie, 2014-2015.

Ce diplôme universitaire est destiné à des ostéopathes DO et à des médecins titulaires du DIU "Médecine manuelle et ostéopathie. Cette formation de 126 heures est répartie sur l'année sous forme de sessions de deux jours par mois et d'une summer school. Elle souhaite proposer à des professionnels des outils d'analyse et de réflexion autour de la philosophie de la perception pour penser leur pratique ostéopathique.


Université Paris 8, IUT de Montreuil

 

Référent pédagogique du D.U "Méthodes de travail universitaires et dialogues transculturels" (2008-2009)

 

Le Diplôme d’université "Méthodes de travail universitaire et dialogues transculturels" est une année propédeutique, conçue et organisée par l’IUT de Montreuil, l’Institut Transcultura et le Collège Coopératif de Paris. Son objectif est de préparer aux études universitaires des étudiants dont le parcours antérieur ne suffit pas à leur assurer un espoir raisonnable de réussite à l’université. Ce cursus, mis en place le 15 octobre 2007, se veut un lieu d’expérimentation en vue de développer un programme et une pédagogie dont pourrait s’inspirer d’autres institutions universitaires afin de venir en aide à certaines catégories défavorisées d’étudiants. La sélection des étudiants candidats au DU privilégie la diversité des origines culturelles et scolaires.


Université Lumière Lyon II, Faculté de Sociologie et d'Anthropologie

 

Responsable de la 1ère année de Licence d'Anthropologie pour le 2ème semestre de l'année universitaire 2007-2008.

 

Organisation, préparation et définition des contenus pédagogiques des enseignements "Enquête  ethnologique", "Lectures complémentaires aux Cours Magistraux" en 1ère année de Licence d'Anthropologie pour l'année universitaire 2006-2007 et 2007-2008.

 

Responsabilités au sein de l'Association Rhône-alpes d'Anthropologie (ARA)

 

Membre du Conseil d'Administration de l'association de 2002 à 2009

Secrétaire de l'association de janvier 2003 à mars 2004

Président de l'association de mars 2004 à mars 2006

Président adjoint de mars 2007 à mars 2009

 

L’ARA s’attache depuis sa création en 1983 à favoriser les liens entre les différents acteurs de l’anthropologie en région Rhône-Alpes et à la diffusion, à un public spécialisé ou non, de l’actualité de l’anthropologie régionale. L’ARA bénéficie du soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Rhône-Alpes et de la Région Rhône-Alpes.