Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Laurent DENIZEAU

Docteur en sociologie et anthropologie de l'Université Lumière Lyon II

Enseignant chercheur, maître de conférences à l'Université catholique de Lyon

ldenizeau@univ-catholyon.fr

Parcours Universitaire

Cursus Universitaire

2014 : Requalifié aux fonctions de Maître de Conférences en section 20 - Anthropologie biologique, Ethnologie, Préhistoire - Qualification n° 14220186109

2010 : Recruté sur un poste de Maître de Conférences à l'Université catholique de Lyon

2008 : Classé deuxième au concours de recrutement sur un poste de Maître de Conférences en anthropologie générale, Université Lumière Lyon II

2008 : Obtention de la qualification aux fonctions de Maître de Conférences en section 20 - Anthropologie, Ethnologie, Préhistoire - Qualification n° 08220186109

2007 : Doctorat en Sociologie et Anthropologie - mention très honorable avec félicitations à l'unanimité du jury, Université Lumière Lyon II

2003 : D.E.A Sociologie et Anthropologie - mention bien, Université Lumière Lyon II

2002 : Maîtrise d'Anthropologie et Ethnologie - mention bien, Université Lumière Lyon II

2001 : Licence d'Anthropologie et Ethnologie - mention bien, Université Lumière Lyon II

2000 : DEUG de Sociologie - Université Lumière Lyon II

Titre Universitaire

Docteur en Sociologie et Anthropologie de l'Université Lumière Lyon II

Thèse présentée le 30 novembre 2007 à l'Institut des Sciences de l'Homme (Lyon)

 

Titre de la Thèse : Le reste et la promesse. Etude Ethnographique d'une tradition monastique orthodoxe en France.

 

Directeur : M. François LAPLANTINE, Professeur d'Anthropologie à l'Université Lumière Lyon II

Président du jury : M. Patrick DESHAYES, Professeur d'Anthropologie à l'Université Lumière Lyon II

 

Jury :

M. Dionigi ALBERA, Directeur de recherche au CNRS-IDEMEC (MMSH), Aix-en-Provence

Mme Elisabeth CLAVERIE, Directrice de recherche au CNRS-GSPM (EHESS), Paris

M. Albert PIETTE, Professeur de Sociologie à l'Université de Picardie Jules Verne, Amiens

 

Résumé :

Lieu commun du religieux, la tradition façonne les relations que les acteurs entretiennent avec leur passé dans l'exercice actuel du vivre-ensemble. Le vivre-ensemble monastique, c'est d'abord une modalité d'être en commun qui puise dans les représentations de la tradition pour faire ressortir, au-delà des appartenances locales, un lien à même d'unir les acteurs aux générations passées pour former "l'Eglise". Le monachisme abordé dans ce travail se définit en premier lieu par une localité, puisqu'il est question d'une "tradition" située géographiquement : le Mont Athos en Grèce. Mais cette localité se trouve paradoxalement déterritorialisée : les acteurs que nous rencontrons s'inscrivent bien dans la tradition monastique du Mont Athos... mais en France. Dans un tel contexte, la tradition se trouve moins liée à une localité qu'à un réseau d'acteurs à même d'inscrire leurs engagements au sein d'une communauté élargie. Notre réflexion se concentre autour de l'usage de la notion de tradition dans les formes actuelles de construction du lien social dans le champs religieux. Cette notion nous conduit à envisager l'expérience religieuse comme une expérience de la présence de Dieu qui s'édifie au travers de l'expérience des autres, dans un jeu de méditation dont les modalités visent à re-présenter les absents et ce qu'ils ont à dire aux présents.

 

Thèse consultable en ligne ici.